Photo by superdirk on Pixabay

Le privilège afab existe-t-il ? Ce terme ne vous est peut-être pas familier, car le privilège auquel il fait référence soulève des questions trans essentielles. Ce privilège est-il réel et existant ? Si vous n'êtes pas un étranger à la cause LGBT, vous avez peut-être déjà rencontré des termes difficiles que vous ne comprenez même pas. L'abréviation afab est l'un d'entre eux. Pour une meilleure compréhension de la cause trans, voici une description du privilège afab, sa définition, sa théorie et son existence.

Que signifie AFAB ?

AFAB signifie "assignée femme à la naissance". Il est utilisé pour faire référence aux personnes transgenres qui sont biologiquement de sexe féminin, ou qui ont été identifiées comme étant de sexe féminin à la naissance. Ce terme est souvent utilisé comme synonyme de MTF (male to female) ou FTM (female to male). Le terme a été popularisé par la communauté FTM, mais a été adopté par de nombreux autres groupes.

Qu'est-ce que le privilège AFAB ?

Le privilège AFAB fait référence aux avantages sociétaux accordés aux personnes biologiquement assignées à une femme. Ces avantages sont fondés sur les stéréotypes selon lesquels les femmes sont nourricières, soumises, sensibles et autres. Ce terme fait également référence à l'incapacité des autres groupes à bénéficier de ces avantages et à la marginalisation des personnes AFAB, qui ne font pas partie de la majorité. Le privilège de l'AFAB peut être observé dans divers domaines, tels que le droit. Dans diverses lois, les femmes bénéficient de privilèges spéciaux, comme des avantages qui ne s'appliquent qu'à elles. Dans le domaine de la médecine, il existe également certaines différences entre les hommes et les femmes, notamment en ce qui concerne les droits reproductifs. Dans le domaine de l'économie, le fait que les femmes travaillent moins que les hommes peut être considéré comme un privilège.

Théorie de l'existence du privilège AFAB dans la communauté LGBTQ+.

Il existe une croyance selon laquelle les personnes AFAB ont certains privilèges parce qu'elles sont des femmes. Cette croyance est basée sur le fait que leurs droits diffèrent de ceux des hommes dans certains domaines. Cependant, ces droits ne sont pas inhérents mais sont accordés, dans le sens où la loi s'applique en faveur des femmes dans certains scénarios spécifiques. Selon certaines études, la communauté LGBTQ+ est composée principalement d'hommes et, par conséquent, de nombreuses lesbiennes ont les mêmes droits que leurs homologues masculins. Mais la différence biologique entre les hommes et les femmes peut encore être considérée comme un concept analytique par certains chercheurs. Le fait qu'il y ait moins de femmes dans la communauté LGBTQ+ est parfois utilisé comme une explication de l'existence du privilège AFAB.

Le privilège AFAB existe-t-il vraiment ?

La principale question est de savoir si les difficultés rencontrées par les femmes sont le résultat de leur sexe biologique ou d'une construction sociale. Les différences biologiques entre les hommes et les femmes ne peuvent être niées, mais ces différences ne sont pas toujours la raison des défis des femmes. Par exemple, les femmes gagnent en moyenne moins que les hommes. Bien qu'il existe des différences entre les façons dont les hommes et les femmes travaillent, comme leur participation au marché du travail, leurs choix concernant les heures et les types de travail, et la discrimination, le fait que les femmes gagnent moins que les hommes est souvent le résultat d'une construction sociale et de la discrimination.

Conclusion

Le terme afab est peut-être l'un des termes les plus déroutants liés à la communauté LGBTQ+. Il fait référence aux personnes trans qui ont été assignées femme à la naissance. Il est souvent utilisé comme synonyme de MTF ou FTM. Ce terme fait également référence aux avantages sociétaux accordés aux personnes biologiquement assignées à une femme. Ces avantages sont fondés sur les stéréotypes selon lesquels les femmes sont nourricières, soumises, sensibles, etc. Le terme fait également référence à l'incapacité des autres groupes à bénéficier de ces avantages ainsi qu'à la marginalisation des personnes afab qui ne font pas partie de la majorité. Il existe une croyance selon laquelle les afab ont certains privilèges parce qu'elles sont des femmes. Cependant, ces droits ne sont pas inhérents mais sont accordés, dans le sens où la loi s'applique en faveur des femmes dans certains scénarios spécifiques.