Mon panier (0)



JE SOUTIENS LA CAUSE LGBT !


Non, il n'y a pas de gène pour l'homosexualité
· · Commentaires

Non, il n'y a pas de gène pour l'homosexualité

· · Commentaires

Non, il n'y a pas de gène pour l'homosexualité, selon des recherches scientifiques approfondies


Cette étude à grande échelle contredit les affirmations faites dans les années 1990 selon lesquelles il existe une « uniformité » qui se rapproche de la couleur des yeux. [Joseph Lago / AFP]

L'homosexualité n'est pas déterminée par une "homogénéité" approximative, mais par un ensemble de différences génétiques et l'environnement dans lequel vit une personne. C'est la conclusion de la plus grande étude ADN jamais publiée dans la prestigieuse revue Science le jeudi 29 août.

Selon cette analyse, menée par une équipe de chercheurs européens et américains avec un demi-million de profils ADN, l'orientation sexuelle est une composante génétique - de petites études précédentes le confirment - mais cette composante dépend d'innombrables gènes.

"Il n'y a pas un seul, mais un très petit effet génétique qui est distribué à travers le génome (le matériel génétique de l'organisme entier, ndlr)", explique Ben Nele, membre du Broad Institute de Harvard et du MIT. Institutions dont sont issus les écrivains.


Sur le même sujet

LGBTQI + les gays sont bien acceptés, mais les clichés restent

La recherche statistique a conduit les chercheurs à découvrir cinq différences génétiques - la localisation des gènes sur les chromosomes - qui sont liées à l'homosexualité, mais chacune a un effet "très faible". En effet, en additionnant ces cinq « lâches » (noms de ces différences génétiques), ils expliquent moins de 1% des différences de comportement homosexuel parmi les participants à l'analyse. Ainsi, selon les auteurs de l'étude, il pourrait y avoir des centaines ou des milliers d'autres indices que les futures analyses des grandes banques d'ADN pourraient un jour révéler.

L'environnement, un facteur important

En plus de ces facteurs génétiques, les scientifiques mentionnent un facteur essentiel : l'environnement dans lequel les humains grandissent et survivent. Pour mieux comprendre, les chercheurs prennent pour exemple la forme d'une personne : l'influence génétique est indéniable car votre taille est liée à la taille de vos parents. Mais la génétique n'explique pas tout : l'alimentation de votre enfance a un grand impact. Les scientifiques l'appellent l'environnement. Il en va de même pour le risque cardiaque : les gènes créent une prédisposition, mais votre mode de vie, comme votre alimentation, joue un rôle plus important.


Sur le même sujet

Le clip choquant condamne le "nettoyage" des personnes LGBT en Tchétchénie.

Cette nouvelle étude à grande échelle contredit les affirmations faites dans les années 1990 selon lesquelles il existe une « homogénéité » qui se rapproche de la couleur des yeux. L'idée est venue d'une étude de 40 familles au début de la génétique en 1993 qui aurait un domaine unique dans le génome, le gène Xq28, lié à l'homosexualité masculine.

Related Posts

Vous pourriez aussi aimer
JE SOUTIENS LA CAUSE LGBT !