Mon panier (0)



JE SOUTIENS LA CAUSE LGBT !


Homophobes : Jean-Luc Romero s'empare de la justice et des ministres - Be Arc-en-Ciel
· · Commentaires

Homophobes : Jean-Luc Romero s'empare de la justice et des ministres

· · Commentaires

Homophobie - Des tweets haineux ont de nouveau été portés à l'attention du tribunal. Après avoir reçu de nombreux tweets homophobes et violents, Jean-Luc Romero, commissaire régional d'Ile-de-France et militant des droits des homosexuels, a indiqué mercredi avoir porté plainte auprès du parquet de Paris, interpellé les ministres concernés et appelé Twitter à se battre. abuser de. .

Jean-Luc Romero avait déjà publié sur son blog les tweets négatifs et les menaces qu'il avait reçues lors de la discussion sur le mariage pour tous. Mais depuis que Christophe Mitchell s'est marié fin septembre, les élus affirment que les abus se sont multipliés. "Ces tweets sont trouvés sur Twitter plusieurs fois par jour, et même de faux comptes sont créés pour nous haïr", a déclaré Jean-Luc Romero dans un article récent.

Parlant de "cruauté homophobe et d'appel à mort", Jean-Luc Romero a déposé une plainte contre X auprès du procureur général le 8 octobre. La plainte de Jean-Luc Romero porte sur des injures publiques incitant au harcèlement sexuel et à la haine.

"J'ai signalé à plusieurs reprises des discours de haine sur Twitter. Si Twitter représente la liberté d'expression, le réseau social ne peut pas être le Far West et ne peut pas enfreindre la loi, notamment en recevant des appels à la haine et à la mort", a déclaré à l'AFP Jean-Luc Romero.

Les ministres ont mis en garde

"Quand Twitter devient public, le signal donné n'est pas très bon : il semble que Twitter restera inactif face aux discours de haine. Twitter doit prouver que son réseau respecte la loi", a prévenu le Parisien. De nombreux ministres.

En fait, le conseiller régional a rencontré le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, la garde des sceaux Kristin Toubira et la ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem, et a déclaré que "des paroles dures sont attendues de leur part".

Jean-Luc Romero a déjà reçu le soutien d'Anne Hidalgo, candidate au mariage à Paris :

Trop de tweets supprimés

Interrogé par l'AFP, un porte-parole de Twitter France a assuré que "tout est fait pour que chacun se sente à l'aise et en sécurité".

« Nous avons établi des règles très claires sur Twitter concernant ce que les utilisateurs sont autorisés à faire et ce qu'ils ne sont pas autorisés à faire. Tous les utilisateurs enregistrés sur la plateforme s'engagent à les respecter. En particulier, les violences ciblées et les menaces vont à l'encontre de ces règles, " a ajouté Twitter. , qui rappelle. Nous avons créé des outils qui permettent « à chacun de bloquer les comptes de son choix et de signaler tout comportement inapproprié à nos équipes ».

"Chaque signalement est examiné et les comptes qui enfreignent nos conditions d'utilisation sont suspendus", a déclaré Twitter, expliquant que la modération automatique n'est techniquement pas possible.

Mercredi soir, de nombreux tweets et comptes signalés à la justice par Jean-Luc Romero ont été suspendus ou supprimés.

Troisième recours en un an

La plainte de Jean-Luc Romero n'est pas la première à cibler les messages haineux sur les réseaux sociaux. Il s'agit de la troisième plainte en un an.

Le 13 août, le Comité Idaho, chargé d'organiser la Journée mondiale contre l'homosexualité et la transphobie en France, a porté plainte contre le réseau social Twitter (France et États-Unis) suite à une nouvelle vague de tweets hostiles avec le hashtag #lesgaysdoiventdisparaitrecar.

Mais avant cela, l'affaire "UnBonJuif" a repris l'équipe juridique de Twitter pendant neuf mois. Après avoir posté des tweets avec ce mot-clé en octobre 2012, l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a publié un bref (procédure d'urgence) sur le réseau social, J'accuse ! (Action internationale pour la justice), SOS Racisme, Racisme contre le mouvement et l'amitié des peuples (Mrap) et Alliance internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Lycra).

Après une longue polémique, l'UEJF a reçu en juillet dernier des informations sur la suppression de tweets présumés de Twitter puis de « tweets antisémites » pour permettre d'identifier certains facteurs.

Related Posts

Vous pourriez aussi aimer
JE SOUTIENS LA CAUSE LGBT !