Mon panier (0)



JE SOUTIENS LA CAUSE LGBT !


26 avril : Journée de visibilité lesbienne - Be Arc-en-Ciel
· · Commentaires

26 avril : Journée de visibilité lesbienne

· · Commentaires

Exclure systématiquement les femmes lesbiennes, trans ou domestiques du débat public - et cela a un impact sérieux sur la sécurité des personnes, le respect de leur honnêteté, leur capacité à penser et à parler pour elles-mêmes - pour vivre une vie distraite par les problèmes. Parfois, il y a « visibilité ».

Mais qu'est-ce que la visibilité ? N'est-ce pas une question de plus de reconnaissance ? Le droit de parler pour vous-même ? Où puis-je trouver des endroits sûrs pour que les gens partagent le caractère unique de mon expérience ? Des lieux collectifs pour voir, entendre et penser sans lui La lutte subtile contre tant de timbres qui ignorent la capacité des femmes à s'exprimer ?

Ne s'agit-il pas d'accorder aux lesbiennes un juste respect et un traitement égal, qu'elles revendiquent de manière invisible depuis des années ? Tu t'en fous

Lorsque les statistiques publiées par les défenseurs des droits humains au travail concernant la restauration du baromètre 13 sur le concept de discrimination à l'emploi [1], il apparaît que les premières victimes de la discrimination à l'emploi sont les femmes non blanches. Il est important d'exhorter les employeurs à prendre en compte l'exposition extrême de certaines personnes de plus de 50 ans et/ou des personnes handicapées et/ou des groupes transgenres ou homosexuels et de définir des plans annuels de logements spéciaux.

Selon le rapport du BCG publié en octobre 2020, seulement 37% des lesbiennes sont « dehors » au travail, contre plus de la moitié des gais [2]. Que faisons-nous maintenant pour empêcher les femmes de perdre leur emploi en raison de diverses formes de discrimination?

On sait donc que les femmes lesbiennes ou bisexuelles sont synonymes d'« exposition excessive aux violences physiques, mentales et sexuelles » dans les lieux familiaux (16 % d'agressions lesbiennes phobiques) et dans les lieux publics (19 %). Notez que l'accent des femmes apparentées diffère entre l'hypersexualisation et la déshumanisation.

L'enquête interne 2018 du Department of Domestic Violence a révélé que trois femmes ont été assassinées par leur mari, et une étude de 2015 du William Institute [4] et le communiqué de presse LGBTQ ont noté 25 à 40,4 % de couples lesbiens. Parce que les femmes qui sont déjà à la maison sont victimes de violences. Cette recherche ne semble pas avoir été faite en France car elle oblige le couple lesbien à penser à autre chose que la fiction.

Cependant, ces propositions doivent également être incluses dans les campagnes de prévention contre la violence, afin que les victimes aient le courage de penser à elles-mêmes, de parler d'elles-mêmes et, surtout, de se plaindre.

Des labels institutionnels qui traversent tous les secteurs (éducation, santé, emploi) empêchent les lesbiennes de craindre seules les violences sexuelles et basées sur le genre. Les femmes ne sont pas des minorités et les lesbiennes ne sont pas un sous-groupe de femmes hétérosexuelles. Surtout, ils peuvent se dire que choisir des discours sans leur lieu, leurs entreprises et leurs tiers-apparitions peut les sauver du grand danger d'être eux-mêmes.



Related Posts

Vous pourriez aussi aimer
JE SOUTIENS LA CAUSE LGBT !