Mon panier (0)



JE SOUTIENS LA CAUSE LGBT !


Nous demandons Mariage, garde et famille !
· · Commentaires

Nous demandons Mariage, garde et famille !

· · Commentaires
  • Nous demandons
  • Mariage, garde et famille
  • L'égalité d'accès pour toutes les femmes aux procédures médicales de procréation, seules ou en couple, quel que soit leur état matrimonial ou leur orientation sexuelle, est garantie.
  • Facilite la mise en œuvre des projets parents PMA en permettant l'autoconservation des ovules et le double don pour toutes les femmes.
  • Redéfinissez la lignée en fonction de l'engagement parental, permettant à la prochaine génération d'enfants de déterminer leur sexe, leur nombre (grand-mère) avec tous leurs parents dès la naissance (si requis par le processus prénatal) sans planification ni test. Dans un divorce, cette garde reconsidérée garantit un lien entre les enfants et tous leurs parents.
  • Une non-discrimination effective fondée sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre est garantie aux parents célibataires qui demandent l'adoption.
  • Ouvrir la possibilité de l'adoption conjointe à tous les couples, quel que soit leur état matrimonial.
  • Simplifiez les processus de partage du pouvoir parental et maintenez les plantes en place pour les besoins des familles mixtes (qu'elles soient homosexuelles ou hétérosexuelles).
  • En droit français (nationalité étrangère, enfants), si au moins un des parents nés à l'étranger par reproduction assistée ou GPA est français.
  • Promouvoir le droit des couples homosexuels de circuler et de séjourner librement dans toute l'Europe si leur mariage ou partenariat est enregistré dans le pays européen dont ils sont ressortissants et garantir la reconnaissance de ces couples. Syndicat
  • L'égalité entre les bénéficiaires est garantie pour tous les couples ; En particulier, le droit des survivants aux pensions et aux allocations de décès doit être ouvert en reconnaissant le PACS homosexuel avec mariage.
  • Reconnaître la tutelle sociale pour tous les avantages sociaux, notamment en cas de décès d'un employé.
  • Autoriser le don anonyme et gratuit d'ovules et de sperme, ainsi que la dispense anonyme à la demande d'un enfant à partir de 18 ans par l'intermédiaire de l'organisme national chargé d'obtenir l'origine.
  • Droits des personnes transgenres et intersexes
  • Supprimez le sexe (M ou F) de la carte d'identité (carte d'identité, passeport) et supprimez le premier chiffre du numéro d'identification (1 ou 2).
  • Alternativement, la possibilité de supprimer l'entrée de genre du certificat de citoyenneté, sinon la possibilité de modifier cette entrée rapidement sur demande avec des instructions et gratuitement.
  • Laisser la liste ALD sur le chemin des personnes transgenres et adopter un protocole commun qui permet de traiter gratuitement tous les soins de santé et médicaments.
  • Pour faciliter la scolarisation des jeunes transgenres et/ou intersexes, demandez aux ministères compétents des instructions sur l'utilisation d'un genre et d'un prénom communs pour désigner, appeler et enregistrer les ministères concernés.
  • Développer une politique de perfectionnement de tous les agents des administrations et des administrations (administration, petite enfance, éducation nationale, services de santé, services sociaux, etc.) à la réalité et au respect des personnes transgenres et/ou intersexes.
  • Mettre en place une politique ambitieuse de lutte contre la transphobie et l'intersophobie par des campagnes d'information et d'éducation et augmenter les moyens des associations concernées.
  • Améliorer les conditions carcérales pour garantir la pleine dignité des personnes transgenres, le respect de leurs droits fondamentaux et la pleine continuité de leur prise en charge.
  • Favorise la prise en charge non pathologique des patients translucides et leur permet notamment de bénéficier d'un traitement anti-adolescent s'ils le souhaitent.
  • Encouragez les médias à utiliser un langage qui respecte l'identité et la dignité des personnes transgenres et/ou transgenres.
  • Collaborer avec les forces de l'ordre pour mieux prendre en charge les personnes transphobes et interchéphobes et les aider à porter plainte.
  • Soyez conscient de l'extrême vulnérabilité des personnes transgenres lors de la demande de légalisation.
  • Protège contre le besoin de harcèlement ou de traitement
  • Professionnels de santé qui ne peuvent pas entrer dans leur pays d'origine et demandent l'asile en France.
  • Assurer la disponibilité et le soutien financier pour la rétention et le soutien financier des personnes transgenres dans toutes les zones CECOS suite aux changements d'état matrimonial.

Lutte contre l'égalité, la discrimination et la violence


L'article 1 de la Constitution française intègre le principe d'égalité « sans discrimination fondée sur le sexe, l'orientation sexuelle, l'identité de genre, la santé ou le handicap ».

Les propositions du Conseil de l'Europe promeuvent le principe de l'article 1 de 1728, qui inclut la bisexualité en relation avec l'orientation sexuelle.

Dupliquer les programmes nationaux et régionaux de lutte contre la discrimination fondée sur les préjugés et l'identité de genre et les maintenir par des associations soutenues financièrement.

Développer des recherches institutionnelles, communautaires et professionnelles sur la discrimination et la violence fondées sur les préjugés sexistes et l'identité de genre.

Combattez les phobies LGBT dans le monde du sport en tant que professionnel.

Établir des lois anti-discrimination efficaces basées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre, y compris des sanctions pour les abus commis par des individus et des entreprises. Le rapport encourage les téléspectateurs à éviter la discrimination et le harcèlement. Garantit aux employés l'égalité de traitement, de rémunération et de cheminement de carrière indépendamment de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre.

Encourage les entreprises à consulter les partenaires sociaux sur les mesures visant à garantir l'égalité de traitement pour tous les couples et familles en vacances ou pour le confort des travailleurs.

Les entreprises et les organismes de service public sont encouragés à prendre en compte la diversité des individus, des couples et des familles dans leurs communications internes et externes. En particulier, il est important de veiller à ce que les formes non discriminatoires et omniprésentes soient prises en compte, en tenant compte de toutes les différences.

Favoriser la formation des entreprises et des cadres chargés des ressources humaines et de contrôle dans la lutte contre les discriminations à travers le volet LGBTQI+ et intégrer cet enjeu dans les politiques de diversification.

Permettre aux victimes de phobie ou de discrimination HLBT de participer et soutenir la formation des agents de santé au travail en fonction de leur état de santé.

Santé


uvrer pour une politique de santé sexuelle ambitieuse et de lutte contre le VIH, les hépatites et les maladies sexuellement transmissibles :

Préconise une prévention conjointe sur la base de la répression, notamment en ce qui concerne l'usage de drogues, les sites de rencontres ou l'activité sexuelle ;

Augmenter les campagnes de prévention et d'information et les activités de dépistage dans les lieux publics et les communautés, notamment en population générale (HSH, FSF, personnes trans, toxicomanes, détenus, travailleurs, travailleuses du sexe, immigrés) ;

Lutte contre le rejet de traitement

Développer des services de santé et des centres de santé ouverts adaptés aux besoins particuliers des groupes à risque pour soutenir l'approche communautaire ;

Étendre l'accès gratuit et inconditionnel aux systèmes de dépistage testés à Paris et en PACA pour démontrer la sérologie du VIH en vente libre dans les laboratoires locaux d'analyse et de biologie médicale ;

Le vaccin contre le VPH (virus du papillome) se propage à tout le monde sans distinction de sexe et d'âge, et le remplace à 100 % ;

Campagnes et tâches de dépistage supplémentaires, en particulier dans les groupes ouverts (HPV) ;

Lever des fonds auprès des ministères du développement, des ARS, des régions, des communes, des centres de santé et des associations dans toutes les régions ou activités de santé sexuelle ;

Facilite l'accès et améliore la connaissance des soins post-exposition et de la PrEP.

Favoriser l'égalité d'accès aux soins et diversifier l'offre d'aide et de logement auprès des personnes LGBTQI+ et/ou infectées par le VIH. Améliore la qualité de vie, les soins et le traitement des personnes vivant avec le VIH et/ou d'autres maladies chroniques.

Délivrer une carte de séjour pour le traitement des étrangers vivant en France avec le VIH et/ou l'hépatite quelle que soit leur orientation sexuelle ou identité de genre. Désigne l'évaluation médicale des demandes de permis de séjour traitées par le ministère de la Santé.



Garantir un accès égal à des soins de qualité pour tous de la manière suivante :

Sécuriser les fonds publics hospitaliers en ajustant annuellement le plafond de l'ONDAM (Objectif National de Dépenses de l'Assurance Maladie) pour anticiper la croissance « naturelle » des dépenses de santé (environ 4 %) et en abandonnant le principe de « tarification à l'activité ». Ce qui, paradoxalement, augmente la concurrence entre les établissements et augmente les coûts ;

La suppression de l'AME créera une protection générale efficace de la santé et donnera accès à des systèmes de sécurité sociale intégrés sans le droit des immigrants illégaux d'entrer ou de résider dans PUMA et CSS, ce qui peut être délivré immédiatement. Aux guichets des caisses d'assurance maladie de base et des hôpitaux et qui garantissent le paiement immédiat des soins reçus par le médecin ;

Offrir un accès automatique aux soins de santé complémentaires et à l'intégration des allocataires des minima sociaux.

Complété par le PASS externalisé et les passeports de santé mentale pour les groupes avec au moins un médecin, une infirmière et un travailleur social, continuant à utiliser le PASS dans tout le pays ;

Établir une représentation adéquate des organisations de patients pour influencer les organisations de soins de santé et toutes les institutions de politique de santé et tous les organes de décision dans les administrations publiques ;

Assurer la transparence des fonds publics reçus par les laboratoires pharmaceutiques tels que votés dans le PLFSS 2020 ;

Le cas échéant, faire preuve d'autodiscrétion et déterminer le prix du médicament de l'Etat et remettre le produit au service public s'il est faible pour assurer l'accès aux traitements dans l'industrie pharmaceutique privée et lutter contre la multiplicité des manques de grands dispositifs médicaux médicaments. L'intérêt;

Mettre fin à l'autosuffisance, en particulier pour les segments les plus instables de la population ;

Autoriser la livraison des traitements en pharmacie pendant plus d'un mois, notamment dans les régions étrangères et les desserts médicaux.

Concernant le don de sang :

Assurer la sécurité du sang des donneurs HSH (« hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes »), développer les conditions d'accès à l'égalité de traitement en termes d'orientation sexuelle et de comportement personnel ;

Participer à l'élaboration et au suivi des études d'impact sur la santé sur la conformité des donneurs et les calculs de risque résiduel ;

Renforcer l'opposition à la criminalisation du VIH, des personnes vivant avec le VIH et de l'infection. Réaffirme le principe d'unité si le VIH est accepté parmi les adultes ;

Mener des enquêtes publiques à l'échelle nationale sur la santé LGBTQI + pour promouvoir des politiques publiques de lutte contre les inégalités sociales de santé.

Concernant la santé mentale :



Organiser des campagnes de prévention sur les questions LGBTQI et de santé mentale ;

Mener des recherches en santé mentale en collaboration avec les communautés LGBTQI + ;

Combattre le malaise et le suicide des personnes LGBTQI+, notamment les jeunes, les retraités et les personnes vivant avec le VIH ;

Mettre en place un plan d'urgence en santé mentale en France, créer des ressources vitales et créer de nouvelles structures d'accompagnement notamment pour les habitants.

Renforcer l'accompagnement (autonomie, accompagnement, etc.) des victimes de LGBTQI+ et/ou de violences sexuelles.

Au niveau international, accroître la participation de la France aux programmes bilatéraux d'aide au développement et aux programmes de lutte contre le VIH et de promotion de la santé des femmes, des transgenres et des intersexes dans les organisations internationales (Fonds mondial, United, Gavi, ONUSIDA). ("Les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes").

A propos du numérique :

Respecter le consentement libre et éclairé des utilisateurs avant de traiter des données algorithmiques et s'assurer que le droit de refuser un tel traitement est effectif ;

Assurer le libre accès des utilisateurs à leurs données de santé, garantir leur vie privée et recueillir leur consentement pour toute utilisation ;

Assurer la confidentialité de toutes les informations de santé, notamment pour les banques et les assurances.



uvrer pour de meilleurs soins et droits pour les transgenres et les personnes transgenres :

Assurer l'accès aux soins des personnes transgenres et/ou intersexes, notamment à travers l'accueil et la formation aux soins des médecins et des professionnels de santé (gynécologues, médecins généralistes, etc.) ; Intégrer dans les modules de formation initiale de ces professionnels de santé, co-développés et certifiés par les Associations Trans et Intersexes.

Garantir un accès illimité aux personnes à l'hormonothérapie, notamment en élargissant les autorités de commercialisation (AMM) et en soutenant toutes les voies d'administration.

En cas de déficit hormonal, veiller à ce que les personnes transgenres et/ou intersexes aient accès à l'hormonothérapie sans discrimination.

Des paniers de soins pour l'ALD seront installés pour assurer une prise en charge à 100 % des frais de santé de relogement, uniforme sur toute la région, et pour assurer le remboursement de tous les traitements et actes pratiqués en France.

Remplacer inconditionnellement toutes les interventions chirurgicales effectuées à l'étranger.

Les références habituelles à la FPATH (Association Professionnelle Française pour la Santé des Transgenres, anciennement SOFECT) se terminent. C'est une association influente dans le domaine du lobbying auprès des organismes de sécurité sociale et des médecins-conseils.

Développer activement la recherche sur les effets à long terme de l'hormonothérapie et l'interaction entre celle-ci et divers traitements (médicaments quotidiens, soins de santé mentale, maladies chroniques, VIH, etc.).

Dans le cadre du respect et de la prise en compte de l'identité de genre, l'accès et la continuité des soins et de l'accompagnement doivent être assurés pendant la transition pénitentiaire.

Inter-LGBT a clairement indiqué qu'en ce qui concerne les personnes intersexes, la CIA (Collectifs Intersexes et Alliés) exige que la lutte des personnes intersexes soit établie ici, s'établissant pour soutenir la lutte des personnes intersexes. En tant qu'allié, il veut condamner la répression à son niveau et sans approbation, rendre visible les revendications de la CIA et la mettre en lumière, en tant qu'unique expert et conférencier de référence sur ces questions. .

Arrêt immédiat et définitif des modifications des caractéristiques sexuelles primaires et/ou secondaires (qu'elles soient chirurgicales, hormonales ou thérapie génique programmée), dans l'utérus, dans les premiers mois de la vie, dans l'enfance ou l'adolescence, lorsque ces actions ne sont pas significatives et sont réalisées . Libre, éclairé et sans consentement explicite.

Renforcement des pratiques de centralisation par le biais de centres de référence et de veille.

Revue de toutes les pratiques nationales de diagnostic et de traitement du diagnostic de la HAS.

Formation de tout le personnel, personnel médical, secouriste et soignant.

Présentation des différences de genre dans les supports de cours sans pathologie.

Des fonds pour la recherche et le développement concret sur les réalités intersexes et le soutien aux institutions existantes comme le RéFRI.

En raison de la violence dans les traitements, les inter-LGBT exigent une réelle reconnaissance de l'État ainsi que des cercles médicaux et de premiers secours sur l'étendue des préjugés moraux auxquels les personnes intersexes sont confrontées afin d'améliorer leur relation. Soi, institutions et médecins. Cela leur permet d'utiliser en toute sécurité tous les dispositifs médicaux en cas de maladie.

Pour lutter contre la sérophobie

Combattre les discriminations envers les personnes vivant avec le VIH (sérophobie) dans toutes les situations (dans le monde du travail, accès aux soins et services, prisons, associations, au sein des communautés, familles, couples, bars et backrooms).

Lancer des campagnes de sensibilisation et des affiches dans les lieux communautaires et les entreprises contre la sérophobie dans les cercles LGBTQI+.

  • Dans le cas des travailleuses du sexe
  • Mettre en place une politique de santé publique pour réduire les risques pour les travailleuses du sexe, qui exercent souvent leur métier dans des situations dangereuses (accès à la sécurité et à la prévention, dépistage, sensibilisation sur le lieu de travail et dans les institutions).
  • Abandonner les politiques oppressives qui fragilisent les travailleuses du sexe (lois de 2016, règlements municipaux, etc.) et mettre en œuvre des politiques sociales et sécuritaires pour lutter contre leur exploitation, le travail forcé et la traite des êtres humains, avec une attention particulière aux étrangers et/ou aux situations illégales. .
  • 2016 Programmes de santé communautaire (accès à la sécurité et à la prévention, dépistage, sensibilisation sur le lieu de travail et dans les institutions) favorisant la santé et la sécurité des travailleuses du sexe exerçant leur profession dans des conditions dangereuses, souvent sans conditions d'acceptation.
  • Concernant l'utilisation de produits psychoactifs :
  • Légaliser la consommation de cannabis et criminaliser la consommation d'autres produits psychoactifs ;
  • Mise en place d'un plan de prévention des risques d'utilisation de ChemSex ;
  • Mettre en œuvre les mesures d'atténuation des risques prévues par la loi de modernisation du système de santé adoptée en 2016, notamment l'analyse des produits psychoactifs ;
  • Augmenter le nombre de pièces de consommation à faible risque ;
  • Développer la disponibilité de la naloxone pour lutter contre les overdoses, notamment via les associations d'usagers, à des prix abordables dans le cadre d'un plan de collecte de fonds ;
  • Promouvoir l'accès à la thérapie de remplacement des opioïdes en formant les médecins et les pharmaciens à prescrire, fournir et soutenir les médicaments de remplacement de l'O ;
  • Élaborer un plan d'action sur les dépendances au gel pour fournir un accès efficace à la thérapie de remplacement et aux programmes d'échange de seringues.
  • Renforce la formation de base et avancée en toxicomanie.
  • Concernant le handicap :
  • Une base de données en ligne pour Ameli.fr sera créée, accessible à tous, les pratiques disponibles pour les personnes en situation de handicap, les structures de santé et les centres de recherche ou encore les laboratoires et équipements d'analyse seront personnalisés.
  • Assurer une couverture régionale d'installations, d'installations, de centres de recherche et de laboratoires d'analyse accessibles pour garantir le droit au traitement des personnes handicapées.
  • Assurez-vous que tous les messages bloqués sont entièrement disponibles.
  • Santé des lesbiennes et des femmes :
  • Concevoir et mettre en œuvre un plan de santé complet de la FSF (« Femmes ayant des rapports sexuels avec des femmes ») qui comprend une partie de la santé sexuelle, y compris la formation des professionnels de la santé (en particulier les gynécologues) pour traiter les problèmes de santé des lesbiennes et des bisexuels.
  • Création d'instituts spéciaux ou d'au moins un institut thématique spécial à l'Insarm pour développer la recherche liée à la santé des femmes.
  • Rendre les essais cliniques d'égalité entre les hommes et les femmes obligatoires pour obtenir un financement public pour la recherche sur les médicaments et l'autorité de commercialisation.
  • Les droits des travailleuses du sexe
  • Soutenir l'auto-organisation collective des travailleuses du sexe et leur participation aux mouvements LGBTQI+, féministes, travaillistes et autres mouvements sociaux.
  • Identifier tous les types d'actes sexuels, en assurant la sécurité des travailleurs quelle que soit leur orientation sexuelle ou leur identité de genre.
  • Lutter pour l'égalité de traitement des travailleuses du sexe dans l'accès à l'aide et aux prestations sociales.
  • Mettre en œuvre des politiques sociales et de protection des travailleuses du sexe luttant contre l'exploitation illégale, le travail forcé et la traite des êtres humains, avec une attention particulière aux étrangers et/ou aux personnes en situation illégale.
  • Toutes les formes d'entraide et de solidarité sont autorisées pour garantir le droit au logement et à la vie privée et familiale sans risque de poursuites pénales ou de discrimination.
  • Réduire le risque pour les travailleuses du sexe passe par des politiques de santé publique, qui exercent souvent leur métier dans des conditions précaires (accès à la sécurité et à la prévention, dépistage, sensibilisation sur le lieu de travail et dans les institutions).
  • La loi du 13 avril 2016 interdit l'achat d'actes sexuels et toutes autres formes de répression qui renforcent l'état précaire et insalubre des travailleuses du sexe.
  • Abroger les règles municipales qui s'opposent à la libre présence et à la libre circulation des travailleuses du sexe dans les lieux publics.

Éducation, école et enseignement

Prenez des mesures concrètes, efficaces et visibles pour lutter contre les phobies LGBT dans les écoles, dès les premiers stades de l'éducation.

Former le personnel enseignant et d'apprentissage sur une variété de questions, y compris les spécifications des individus LGBTQI +.

Faire de l'école un lieu d'accueil pour toutes les familles.

Incluez et visualisez les personnes et les familles LGBT dans les programmes, l'éducation éthique et civique et les manuels.

En gardant à l'esprit la diversité des identités de genre ainsi que le statut amoureux et l'orientation sexuelle pour rendre efficace l'éducation à la vie émotionnelle et sexuelle.

Encourager les écoles à mettre en œuvre des programmes de lutte contre le sexisme et les stéréotypes de genre.

Inclure les phobies LGBT dans les campagnes anti-répression.

Promouvoir la Journée mondiale contre la biphobie, la phobie des lesbiennes, l'homophobie et la transphobie (IDABLHOT) dans les écoles.

Promouvoir des systèmes d'écoute, d'aide et de soutien pour les personnes souffrant de phobie LGBT parmi les étudiants.

Développe des campagnes d'information sur les questions LGBTQI + dans les programmes de formation des enseignants.

International


Législation visant à éliminer l'oppression fondée sur l'orientation sexuelle et/ou l'identité de genre et/ou les caractéristiques sexuelles ou les pratiques homosexuelles des personnes et en toutes circonstances.

Soutenir les initiatives des Nations Unies et du Conseil des droits de l'homme pour la mondialisation de l'homosexualité et du transgenre.

Veiller à ce que la France, à travers son réseau de diplomates centraux et locaux, œuvre à l'international pour protéger les initiatives et les défenseurs des droits humains, notamment ceux qui luttent pour les droits des personnes LGBTQI+.

Restez en contact pour les demandes locales; La police priorise la lutte contre les violences et soutient l'engagement des communautés LGBTQI+ locales.

Respect du droit d'asile pour les personnes menacées de persécution en raison de leur orientation sexuelle réelle ou imaginaire et/ou de leur identité de genre et/ou de leurs caractéristiques sexuelles. Donner à l'OFPRA le temps d'évaluer les candidatures, ne pas se précipiter pour se prononcer sur les faiblesses des candidats.

Arrêt immédiat et inconditionnel de l'expulsion des immigrés séropositifs.

Représenter les organisations françaises et internationales pour remplacer « droits humains » par « droits humains », veiller à ce que les femmes lesbiennes et bisexuelles apparaissent et soient prises en compte dans les programmes internationaux de soutien aux femmes.

Visibilité des femmes

Toutes les femmes, seules ou en couple, se voient garantir un accès égal aux soins médicaux de santé reproductive, quel que soit leur état matrimonial ou leur orientation sexuelle.

Identifier les réalités et spécificités de la phobie des lesbiennes Les institutions chargées de définir les cours de langue (notamment en intégrant le mot phobie des lesbiennes dans le dictionnaire de l'Académie) et en droit français. Elle se caractérise par la double discrimination des lesbiennes qui associent sexualité et homophobie aux femmes réelles ou suspectes de leur homosexualité. Il faut nommer cette violence pour la combattre.

Inclure des questions sur l'orientation sexuelle dans les enquêtes de population générale sur les problèmes socio-comportementaux et fournir des moyens d'analyser les résultats.

Concevoir et mettre en œuvre un plan de santé complet de la FSF (« Femmes ayant des rapports sexuels avec des femmes ») qui comprend des éléments de santé sexuelle, y compris une formation pour les professionnels de la santé, en particulier les gynécologues, pour traiter les problèmes de santé des lesbiennes et des bisexuels.

Veiller à ce que les femmes lesbiennes, transgenres et bisexuelles ne soient pas oubliées dans les programmes internationaux d'aide aux femmes.

Mémoire et transmission

Soutenir la mise en place d'un centre d'archives LGBTQI+ à Paris avant 2020. Le centre doit être doté d'une forme juridique garantissant son indépendance et dont le règne reflète la diversité de ses membres.

Faire en sorte que le Centre d'archives du futur soit un centre culturel multidimensionnel à vocation monumentale, culturelle, éducative et sociale. Le centre fait vivre les archives, préserve la mémoire et assure les missions.

Soutenir la construction d'un mémorial pour les victimes LGBTQI+ à Paris.

Participer au développement et au transfert d'une large mémoire collective autour d'une histoire partagée, mais avec des mémoires différentes pour lutter contre les discriminations.

Related Posts

Vous pourriez aussi aimer
JE SOUTIENS LA CAUSE LGBT !